Category

Cycle des déchets

🧰 Forum des métiers de la transition écologique : c’est parti !

By Cycle de l'eau, Cycle des déchets, Emploi, ESS

La Métropole grenobloise organise le premier Forum des métiers de la transition écologique à Alpexpo ces jeudi 23 et vendredi 24 juin.

un job dating

Pendant deux jours, une centaine d’entreprises d’organismes de formations sont présents à Alpexpo pour promouvoir et faire connaître les métiers de la transition écologique, renseigner le public sur les filières en développement, les besoins des métiers et les formations pour y accéder. Six secteurs d’activités sont à l’honneur : les énergies renouvelables, la mobilité durable, l’agriculture et les métiers de l’environnement, l’économie circulaire & la gestion des déchets, l’éco-rénovation des bâtiments et le traitement de l’eau

Parmi les acteurs présents, on peut citer par exemple GRDF, le GEIEC, la FBTP, Aplomb38, BeFC ou encore le Greta. Environ 2000 visiteurs sont attendus, qu’ils soient collégiens, lycéens, étudiants, demandeurs d’emploi ou salariés. Cet événement, permettra de découvrir des métiers de la transition écologique qui recrutent : technicien en ressources du bâtiment, fontainier ou encore conseiller énergie. Des démonstrations avec des casques de réalité virtuelle sont prévues ainsi que des animations (un escape game, des fresques quizz, une exposition photos…).

Un espace de job dating

Des conférences seront aussi organisées avec pour thème notamment la reconversion professionnelle, les métiers urbains de la transition écologique, les avantages de l’alternance, le projet du cadran solaire… Il y aura également plusieurs retours d’expérience d’acteurs engagés dans la transition notamment pour les secteurs de l’agriculture et du bois.

Enfin, un espace de recrutement sera proposé aux entreprises sous forme de jobs dating, permettant des prises de rendez-vous entre les candidats et les entreprises en partenariat avec Pôle Emploi, le PLIE, les missions locales, l’APEC, etc. Une vingtaine d’entreprises est attendue. Toutes les offres d’emploi sont à retrouver sur le site de l’événement. Entrée libre et gratuite.

En savoir plus

🗞️ [France 3] Qu’est-ce que le dispositif « Oui Pub » qui va être expérimenté dans la métropole de Grenoble ?

By Cycle des déchets

A partir du 1er septembre, dans la métropole de Grenoble, seuls les habitants ayant affiché un autocollant « Oui Pub » recevront des imprimés publicitaires dans leur boite aux lettres. Cette expérimentation est prévue pour durer trois ans.

Recevoir des publicités dans sa boite aux lettres uniquement si on l’a choisi. C’est le principe du dispositif « Oui Pub » qui va être expérimenté dans la métropole de Grenoble à partir du 1er septembre 2022 dans le but, notamment, de limiter le gaspillage.

Comment cela fonctionne-t-il ? La distribution d’imprimés publicitaires sans adresse sera interdite pour 31 mois dans les 49 communes de Grenoble-Alpes métropole, sauf si un autocollant « Oui Pub » est visible sur la boite aux lettres. Un nouveau mode de fonctionnement qui va remplacer le dispositif « Stop Pub », a annoncé le ministère de la Transition écologique mardi 3 mai.

  • Lire la suite de l’article sur le site de France 3

 

[Actu.fr] Les habitants de Grenoble Alpes Métropole recevront moins de publicités en 2022, voici pourquoi

By Capitale verte, Cycle des déchets

À partir de juillet 2022, Grenoble Alpes Métropole expérimentera le dispositif « Oui pub », afin de limiter les quantités d’imprimés publicitaires reçues dans les boîtes aux lettres.

En 2022, les habitants de Grenoble-Alpes Métropole devraient voir diminuer la quantité de publicités reçues dans leur boîte aux lettres. En effet, la Métropole s’est portée volontaire, aux côtés d’autres collectivités françaises comme la Ville de Bordeaux ou la métropole du Grand Nancy, pour expérimenter durant 3 ans le dispositif « Oui pub », lancé par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), avec le ministère de la Transition écologique.

 

Visite de Pôle ‘R’ dans le cadre du lancement de l’année Grenoble Capitale Verte

By Capitale verte, Climat, Cycle des déchets

Le démarrage de l’année 2022 Capitale Verte européenne nous a permis de présenter samedi 15 janvier 2022 notre programme de travail pour le réemploi à Virginijus Sinkevičius le Commissaire européen à l’Environnement, aux Océans et à la Pêche (en fonction depuis 2019) accompagné de Valérie Drezet-Humez Cheffe de la Représentation de la Commission européenne en France. Le maire finlandais de Lathi précédente ville Capitale verte et Éric Piolle maire de Grenoble étaient également présents accompagnant une importante délégation.

La nouvelle plateforme Pôle ‘R’ est une base de 15.000 m2 qui va permettre à une douzaine d’entreprises partenaires de rassembler, stocker, réparer, démonter toute une batterie d’objet, de machine, de matériaux qui jusqu’à présent partaient à la destruction.

Ce nouvel outil fait passer le monde déjà très au point de la ‘récup’ encore trop ‘artisanal’ à un niveau de développement quasi industriel qui permettra de “sauver” entre 10 à 15% des “non-déchets” qui arrivent en masse dans les déchèteries métropolitaines.Le Commissaire Européen entouré d’autres membres et techniciens de l’Europe a pu discuter durant deux heures avec les acteurs locaux.

Merci à lui d’avoir pris ce temps avec nous.Notre trio métropolitain (Elizabeth Debeunne, Vice-Présidente à l’économie circulaire, Georges Oudjaoudi, conseiller métropolitain à la SCIC Fabricanova et moi-même Vice-Président à la Prévention des Déchets) et les techniciennes de la Métropole sommes heureux d’avoir animé l’un des temps forts de la Capitale Verte Européenne.

La SCIC Fabricanova : Réseau Envie, Ulisse, Emmaus, Qualirec, les deux régies de quartier Villeneuve, Aplomb Eco’Mat38 et Cycle &Go + Grenoble Alpes Métropole.-

Pôle ‘R’ : titre du projet global qui inclut le site visité Recycler… Restaurer… Réparer… Réemployer… Récupérer… Rencontrer…

 

CLIMAT, ATTRACTIVITÉ, TRANSITIONS, SOLIDARITÉS, PROXIMITÉ : LA FEUILLE DE ROUTE DE LA MAJORITÉ DE GAUCHE, ÉCOLOGISTE ET SOLIDAIRE DE GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE (2022-2026)

By Alimentation, Biodiversité, Climat, Culture, Cycle de l'eau, Cycle des déchets, Emploi, ESS, Habitat, Média, Mobilités, Non classé, Participation Citoyenne, Solidarités, Sports, Urbanisme

LE CLIMAT NOUS OBLIGE

Notre territoire a toujours été à l’avant-garde dans bien des domaines, et aujourd’hui, par cette capacité à innover, par sa position géographique particulière et par ses atouts singuliers, la métropole Grenoble‑Alpes doit relever les défis économiques, sociaux et  environnementaux et répondre aux attentes des personnes qui vivent dans l’ensemble des communes de son territoire.

 

Déchets : cap sur la coopération interterritoriale

By Cycle des déchets

Lionel Coiffard

Prévention, collecte et valorisation des déchets

Les trois grandes communautés de communes (Voironnais, Grésivaudan et Métropole grenobloise) associées à 4 plus petites (Oisans, Matheysine, Trièves et Vercors-Saint Marcellin) ont chacune fait le choix de cette association essentiellement pour partager les coûts des deux usines spécialisées basées à La Tronche-Meylan : l’incinérateur des déchets et le centre de tri des emballages.

Chacun reste responsable de ses déchets et choisit sa façon de les traiter. Le partage des coûts se fait selon le volume moyen annuel des déchets de chacun et chaque intercommunalité définit sa réservation de volume durant les 25 prochaines années.

Avec mes collègues Vice-présidents et Vice-Présidentes, nous travaillons régulièrement autour des programmes de reconstruction d’un nouvel incinérateur ainsi que d’un nouveau centre de tri.
Cet après-midi nous étions à Vizille (Locomotive) pour une séance de travail consacrée à notre groupement d’intercommunalités.

L’enjeu de nos discussions : le lancement du programme majeur de l’incinérateur central (un montant voisin de 200 millions d’euros), un chantier de 7 années à partir de 2022 et qui ne se reproduit que tous les 50 ans (l’actuel incinérateur datait de 1972). Les 7 intercommunalités vont voter leur délibération respective d’ici mi-décembre, la Métropole grenobloise le fera le 17 décembre 2021.

 

[Tribune] Top départ pour la reconstruction du centre industriel de compostage métropolitain

By Cycle des déchets, Média

Céline Deslattes

Co-présidente de groupe

Francis Dietrich

Co-président de groupe

Engagé en 2014, le schéma directeur déchet porte l’ambition forte de changer notre regard et nos gestes vis-à-vis de la production de nos déchets. Enjeux énergétiques comme agricoles : la collecte et le trai-tement de nos restes alimentaires sont au cœur de la transition écolo-gique. Aujourd’hui, en lançant la reconstruction du centre de compos-tage sur la commune de Muriannette, la Métropole grenobloise s’engage plus encore vers un territoire zéro déchet. Vertueux, avec cet outil, nos déchets alimentaires collectés chez nos restaurateurs et les habitants de la Métropole produisent et produiront le carburant (biogaz) permet-tant de les ramasser chaque jour ainsi qu’une valorisation en 8 000 tonnes de compost afin de nourrir et régénérer nos terres agricoles et nos jardins ! Nos déchets sont des ressources : un investissement de plus au service des transitions.

Coup d’envoi du chantier du nouveau centre de tri des emballages à La Tronche

By Cycle des déchets

Lionel Coiffard

Vice-président en charge

Un tel projet est mûrement travaillé depuis près de trois années d’études et de procédures. Le chantier va durer deux bonnes années et le nouvel équipement fonctionnera en 2023.

Pour rappel le centre de tri actuel (datant des années 1980) continuera de fonctionner jusqu’à l’ouverture de son successeur, le nouveau bâtiment étant construit juste à côté. Puis l’ancien centre sera démoli pour permettre de reconstruire à son tour le nouvel incinérateur sur l’emplacement libéré. En fait toutes les installations seront rapprochées de l’autoroute et la surface occupée par l’incinérateur actuel, plus proche de la rivière, sera remis en parc naturel.

Le chantier commence comme habituellement par le déplacement des multiples tuyaux et câbles présents sur le site et l’aménagement des voiries de chantiers (ainsi que les passages à maintenir pour l’arrivée des camions-bennes des ordures ménagères). C’est ce qui perturbe la circulation sur l’entrée de l’autoroute mais cela ne durera que quelques semaines.

Le nouveau centre de tri est un programme très important qui va permettre d’augmenter de 40% le volume de déchets triés d’ici 2030. A nous tous de le remplir en améliorant nos propres gestes de tri dans nos logements et de veiller à la bonne gestion des locaux poubelles là où il y a encore trop de mélanges de déchets qui limite ensuite le tri mécanisé.

Jeudi 8 avril avec les équipes techniques de la métropole et les deux communes concernées (La Tronche et Meylan) j’ai pu discuter en visio avec plus d’une soixantaine de riverains et habitants pour leur présenter l’installation future et le déroulement du chantier. Une réunion publique en visio à cause de la situation sanitaire bien sûr.

Ce fut l’occasion de presque autant de questions précises que de participant-e-s. dont le compte rendu circulera prochainement dans les deux communes :

  • Organisation du site industriel actuel et futur
  • Raisons du maintien du site à cet endroit de l’agglomération
  • Volume des déchets transportés et nombre de camions
  • Déroulement du chantier actuel et sur les 3 prochaines années
  • Nature des nuisances potentielles (odeurs, bruits, …) et mesures de protection
  • Présentation des machines et des robots de tri
  • Aménagements paysagers et naturel autour du site
  • Reconstruction annoncée de la déchetterie incluse dans le centre de tri actuel
  • Budget de 51 millions d’euros et répartition avec les 6 autres intercommunalités

Top départ pour le reconstruction du centre industriel de compostage métropolitain

By Cycle des déchets

Lionel Coiffard

Prévention, collecte et valorisation des déchets

Enjeux énergétiques comme agricoles : la collecte et le traitement de nos déchets alimentaires sont au cœur de la transition écologique. En lançant la reconstruction du centre de compostage de Muriannette, la Métropole grenobloise s’engage encore plus vers un territoire zéro déchet. Vertueux, avec cet outil, nos déchets alimentaires vont produire le carburant qui permet de les ramasser chaque jour ainsi qu’une valorisation en compost permettant de nourrir nos terres agricoles !

À l’horizon 2024, le centre de compostage de la métropole grenobloise implanté à Murianette sera capable de produire de l’énergie renouvelable (biométhane) issue des déchets alimentaires grâce à la construction d’une unité de méthanisation.

 

Une évolution nécessaire

Propriété de la métropole grenobloise, le centre de compostage de Murianette a été construit en 1993 afin de traiter une partie des déchets ménagers sous forme de compost à destination de l’agriculture locale.

Le site de Murianette produisait jusqu’en 2019 plus de 6 000 t de compost chaque année à partir des déchets dits « fermentescibles » tels que les épluchures ou les restes de repas extraits des ordures ménagères traitées au centre de tri d’Athanor.

Depuis mars 2020, conformément aux recommandations de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, le centre de compostage de Murianette est en pleine mutation. Il réceptionne exclusivement les déchets alimentaires triés à la source par les habitants et les gros producteurs dont la collecte est en cours de déploiement sur la métropole grenobloise (voir notre page « Tri des déchets alimentaires« ). La quantité de déchets est moins importante en revanche la qualité est au rendez-vous.

Une unité de méthanisation pour produire du biogaz

Le projet de modernisation du centre de compostage prévoit la création d’une nouvelle unité de méthanisation, qui produira du biogaz à partir de la fermentation des déchets alimentaires.

Celle-ci impliquera la réalisation des travaux suivants :

  • Un hall de préparation des matières et de compostage
  • Un hangar de préparation des déchets verts (ou déchets de jardin)
  • Un digesteur, qui permettra de créer le biogaz (du biométhane précisément)
  • Une installation d’épuration du biogaz, pour  obtenir le biométhane ayant la qualité requise pour être injecté sur le réseau
  • Un gazomètre, volume tampon de biogaz avant injection au réseau GRDF
  • En complément, le biofiltre présent sur site devra être déplacé et agrandi pour un traitement de l’air adapté

L’ensemble de ces travaux est estimé à 15 M€ HT, auquel il faudra ajouter une mise à niveau des installations actuelles.

 

La production est estimée à 10 Gwh/an. Cela représente l’équivalent d’1 million de litres de gasoil (soit 2000 véhicules consommant 5l/100 et roulant chacun 10.000 km/an). Après purification, ce biogaz sera injecté dans le réseau de distribution de GRDF et sera consommé localement.

Un mécanisme administratif de « garanties d’origines » sera mis en place pour permettre la revente de cette énergie renouvelable dans la Métropole. Une partie des 69 bus de la SEMITAG fonctionne déjà au biogaz produit par la station d’épuration Aquapole et toutes les bennes à ordures ménagères rouleront au gaz naturel de véhicules d’ici 2025.

Une fois les déchets alimentaires « méthanisés », le résidu sera ensuite composté. Environ 8 000 tonnes de compost de haute qualité seront produites chaque année.