Capitale verteCycle de l'eauSolidarités

💧 Solidarité : une nouvelle oasis pour l’association Point d’eau

By 7 mars 2022avril 12th, 2022No Comments

Grâce au financement des collectivités locales dont la Métropole et celui de 27 fondations privées, l’association Point d’eau, qui aide les personnes à la rue, vient d’intégrer de nouveaux locaux spécialement pensés pour l’accueil de ses publics.

Grâce au financement des collectivités locales dont la Métropole et celui de 27 fondations privées, l’association Point d’eau, qui aide les personnes à la rue, vient d’intégrer de nouveaux locaux spécialement pensés pour l’accueil de ses publics.

Ce vendredi, les nouveaux locaux de l’association Point d’eau (9, rue Joseph François Girot) ont Ă©tĂ© inaugurĂ© en prĂ©sence de Marie Françoise Rostaing, prĂ©sidente de l’association, Christophe Ferrari, prĂ©sident de la MĂ©tropole Grenobloise, Eric Piolle, maire de Grenoble et Olivier Veran, ministre de la santĂ©. Une reconnaissance importante du travail accompli depuis 30 ans en faveur des citoyens les plus dĂ©munis.

« C’est le jour et la nuit »

Nous vous en parlions dĂ©jĂ  en mars dernier. C’est dĂ©sormais une rĂ©alitĂ©. Point d’eau va pouvoir continuer d’offrir un accueil de jour anonyme, sans discrimination et sans conditions de droits, mais dans un bâtiment flambant neuf, spacieux, et comportant dĂ©sormais de nombreuses salles adaptĂ©es aux services qu’elle propose.

En bref, « c’est le jour et la nuit », se fĂ©licite Richard Diot, le directeur de l’association. « On est passĂ© de 180 m2 pour nos anciens locaux de la rue Blanche Monier, Ă  500 m2 aujourd’hui, rue Joseph-François Girot. Notre ancienne permanence Ă©tait dimensionnĂ©e pour accueillir 30 personnes par semaine avec un bĂ©nĂ©vole et un salariĂ©, or nous en accueillions 150 grâce Ă  60 bĂ©nĂ©voles et dix salariĂ©s. Il y avait un problème d’espace qui devenait insupportable ».

Les prestataires du projet « Santé », qui rĂ©alisent des soins et des actions relatives Ă  l’ostĂ©opathie, Ă  la psychiatrie, aux addictions ou aux maladies sexuellement transmissibles initiĂ© par l’association en 2016, vont notamment pouvoir retrouver des conditions de travail normales.

Un soulagement pour le public

« C’est tout simplement merveilleux, c’est un soulagement », tĂ©moigne Georges, 75 ans, qui depuis douze ans se rend tous les matins dans les locaux de l’association « pour rompre la solitude, profiter d’une douche, d’un petit dĂ©jeuner, et faire suivre [sa] santĂ© ». MĂŞme sentiment du cĂ´tĂ© d’Hamdid : «C’est propre, il y a de l’espace maintenant, ça fait du bien, ça nous donne l’impression d’ĂŞtre considĂ©rĂ©s ».

Grâce Ă  ce nouvel espace, l’association a Ă©galement ouvert un chantier d’insertion sur la base d’une cuisine. Neuf bĂ©nĂ©ficiaires de l’association sont embauchĂ©s au Smic, 26h par semaine, pour prĂ©parer des repas Ă©cologiques et solidaires que tout un chacun peut commander pour le repas de midi. De quoi remettre un pied dans la vie active et raccrocher au droit commun, deux piliers fondamentaux de l’association.

« Je souhaite tĂ©moigner de l’admiration de la MĂ©tropole pour tous ceux qui font vivre l’association Point d’eau avec passion. Cette rĂ©alisation traduit de manière concrète la politique de la MĂ©tropole de Grenoble en matière d’insertion et d’emploi et se veut une reconnaissance du travail important rĂ©alisĂ© ».

 

Inscrivez-vous Ă  notre lettre d'information !