Cycle de l'eauEau

Anne-Sophie Olmos invitée du Conseil Économique, Social et Environnemental sur la politique tarifaire de l’eau

By 8 décembre 2023No Comments

Le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a été saisi par la 1ère Ministre pour émettre un avis sur la tarification progressive. C’est un des axes du plan eau » du gouvernement qui vise à réduire de 10 % les prélèvements d’eau d’ici 2030 pour inciter les consommateurs, particuliers ou acteurs économiques à davantage de sobriété.

Anne-Sophie Olmos était donc invitée en tant que vice-présidente au cycle de l’eau à Grenoble-Alpes Métropole à une table-ronde du CESE « eau potable, des enjeux qui dépassent la tarification progressive » pour contribuer à l’avis du CESE et témoigner de la politique ressource en eau mise en place sur notre territoire depuis 2015.

La métropole de Grenoble n’a pas de tarification progressive pour les particuliers mais possède un des tarifs de l’eau les plus bas de France pour une métropole de cette taille : 3,26€/m3 d’eau.

La convergence tarifaire de l’eau potable est un des enjeux primordiaux de la politique cycle de l’eau que porte Anne-Sophie Olmos, avec l’objectif qu’elle soit juste socialement et garantisse une gestion durable de ce bien commun.

Une politique tarifaire sociale de l’eau a été privilégiée : l’harmonisation des tarifs de l’eau potable s’est fait en parallèle d’une aide sociale issue de la loi Brottes : une allocation eau pour les ménages les plus précaires dont la facture dépasse 5% des revenus du foyer.

L’eau est un bien commun qui doit rester accessible à toutes et tous. Notre politique vise à renforcer ce service public aux habitants afin qu’ils ne soient par impactés par des variations tarifaires, et que l’eau reste abordable.

Concernant les usages non domestiques, qui sont majoritairement industriels et représentent 24% des consommations totales d’eau potable du territoire, les objectifs étaient double : inciter les industriels à la sobriété pour garantir les besoins domestiques qui sont prioritaires et protéger les petites structures artisanales et professions libérales.

Une tarification progressive directement proportionnelle à la consommation d’eau a été mise en place pour les industriels :

  • Un tarif similaire au tarif domestique pour les petits consommateurs (consommation inférieure à 500m3/an)
  • Un tarif intermédiaire (consommation comprise entre 500m3/an et 5000m3/an)
  • Un tarif plus élevé pour les gros consommateurs (consommation supérieure à 5000m3/an) soit les 300 plus grosses entreprises du territoire.

Cette tarification progressive vient encadrer la consommation des industriels afin de faire des économies d’échelles et d’éviter les pénuries d’eau.

Au-delà de la tarification, la question des usages et de la préservation de ce bien commun

Le changement climatique vient impacter toutes les ressources en eau. Il s’agit de questionner les consommations et les usages de cette ressource qui n’est pas infinie.

Aujourd’hui une des deux grandes nappes alimentant la métropole est monopolisée à 65% par trois entreprises. La sécheresse 2022 a remis les enjeux du partage de l’eau sur la table. Le but est de garantir son accès inconditionnel à toutes et tous 

Anne-Sophie Olmos

Une gestion durable de la ressource en eau passe donc aussi par une priorisation des usages : l’eau potable pour les foyers puis les milieux naturels sont indispensables pour la vie et nos écosystèmes.

Retrouvez l’intervention de Anne-Sophie Olmos ici :